L’Espagne grimpe à la 32e position du classement Doing Business de la Banque mondiale

doing-business-2017-cover

Comme chaque année, la Banque mondiale publie son classement mondial de la réglementation des affaires et son application effective dans 190 économies et certaines villes au niveau infranational et régional. L’organisation se penche ainsi sur 5 critères qui reflètent le cycle de vie d’une PME (création d’entreprise, obtention des permis de construire, raccordement à l’électricité, transfert de propriété et commerce transfrontalier).
Déjà étudié en détail l’an dernier comme nous le présentions dans ces pages, le pays gagne cette année une place pour atteindre le 32e rang mondial.

Si la lourdeur de certaines formalités administratives pèse encore sur le classement du pays, notamment pour ce qui est de la création d’entreprise ou de l’obtention d’un permis de construire, la performance de l’Espagne s’améliore dans pratiquement tous les domaines étudiés et le rapport salue les réformes engagées l’an dernier en matière de fiscalité (baisse du taux de l’impôt foncier, et de la taxe sur les transactions immobilières notamment et nouveau système de soumission électronique des contributions sociales) et d’exécution des contrats (obligation d’enregistrement électronique des documents auprès des tribunaux) qui font gagner 8 et 7 places dans ces deux catégories.

Les améliorations sur le front de l’insolvabilité (dont nous parlons également régulièrement sur la partie espagnole de ce blog) ont également permis à l’Espagne de grimper de 7 places dans cette catégorie.

Notons tout de même qu’un encadré du rapport (p. 90 de la version anglaise) met le pays en garde contre les risques impliqués par la dualité de son marché du travail et sur la montée des contrats à durée déterminée qui entraîne des pertes d’efficacité et un manque de formation continue. Les dernières réformes mises en œuvre pour lutter contre cette situation n’ont eu que peu d’effet et l’amélioration de cette situation prendra, selon les auteurs, beaucoup de temps.

L’absence de gouvernement ces derniers mois, et donc l’absence de réformes d’envergure entreprises, aura des conséquences sur l’évolution du classement l’an prochain, mais l’Espagne est manifestement sur la bonne voie.

En savoir plus :

La fiche pays de l’Espagne du rapport de cette année  (disponible en anglais uniquement)

Le rapport intégral Doing Business 2017 (disponible en anglais uniquement)